Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Liens

Publié par Roldan

Les rats quittent le navire !

Les grippes arrivent toujours par les ports de commerce et par conséquence les bateaux et les rats. La plus spectaculaire, la plus dévastatrice, c'est la grande peste de 1348 et 1349! Elle tua une bonne partie de la population européenne. La dernière grande épidémie est aussi venue de Marseille par les bateaux en 1720. Selon Mediapart, la diffusion est aujourd'hui bien connue, comme est aussi assez bien connu le nombre de victimes en de nombreux lieux : par les textes (journal d'un bourgeois de Paris au 15e siècle, de Samuel Pepys au 17e siècle à Londres...), mais aussi par le comptage méticuleux des ventes de cierges à Lyon au 14 e et 15e siècle, lecture des registres paroissiaux à partir du 16e siècle etc...). On est même arrivé à remonter ainsi aux sources de la peste, en Asie. Le mode de transmission est aussi bien connu: les grandes épidémies sont précédées d'épizooties: dans le cas de la peste, le transmetteur se révèle être le rat, transporté malgré lui dans les cales de bateau, ou dans les chariots avec les marchandises transportées. Les rats (quittent le navire) arrivés à bon port, si on peut dire, ce sont les puces qui prennent le relais , et la bactérie atteint ainsi directement l'Homme. Les routes du commerce sont donc indirectement le vecteur de diffusion de cette épidémie, on peut ajouter aussi les troupes qui se déplacent (guerre de cent ans aux 14 e et 15e siècles en France, guerre de Trente ans en Allemagne au 17e siècle...). Les réactions de l'époque n'ont pourtant aucun rapport avec les causes de cette épidémie: les raisons invoquées ont été les empoisonnements par les juifs (de nombreux pogroms ont eu lieu) , la colère de dieu (cf les fameuses procession de flagellants). Même passé le moyen-âge, le réactions ne deviennent guère plus rationnelles: Samuel Pepys évoque un élixir miracle, d'autres préfèrent s'habiller tout en blanc ce qui est particulièrement malvenu, le blanc attirant... les puces. Nous avons connu la grippe aviaire (H5 N1) depuis 2003: une grippe, comme pour nous rappeler quelques souvenirs, qui prend sa source en Asie. Et elle est aussi d'abord une épizootie, les oiseaux étant, selon les cas, les victimes de cette grippe, ou bien de simples vecteurs de diffusion. Peu de personnes ont été touchées par cette grippe, mais la peur s'est répandue dans de nombreux pays. Le virus est apparu dans les élevages industriels de volailles en Asie (en Thaïlande), et s'est répandue ainsi. Les élevages en Asie sont nombreux, industriels, de type hors sol comme chez nous ou sous une forme familiale mais proche de l'Homme. On a retrouvé finalement assez peu d'oiseaux migrateurs atteints et volontairement nos politiques ont fait l'impasse sur la transmission possible par le élevages industriels, au point de recommander le confinement des élevages en plein air! Dès décembre 2005, la revue «The Ecologist» mettait d'ailleurs clairement en cause ce type d'élevage, aussi bien en Asie qu'en Europe. L'importance des grandes concentrations humaines, en Asie ou en Europe, la diffusion par les routes du commerce maritime n'a pas attendu la mondialisation. 

A propos de rats, j'ai rencontré un voilier de croisière qui a galèré pendant 1 mois pour attraper un rat qui était monté à bord en Grèce (Xantes). Le seul moyen a été d'installer une cage en fond de cale pour mettre la main dessus. Prudence donc dans certains ports. Je mets des rondelles sur mes amarres pour éviter le pire. 

Aujourd'hui, le coronavirus, qui vient de Chine est la hantise des compagnies de croisière. Encore une autre facette de la transmission via le maritime. 
 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article