Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Liens

Publié par Roland Fardeau

Trucs pour mieux comprendre les nuages

La météo fait partie du quotidien de navigateur. A la tv ou dans les journaux du matin, on est bardés de bulletins : un anticyclone se déplace vers l'ouest, une dépression arrive par l'Irlande, il va faire beau sur un grande partie du littoral... mais il me semble plus important de se faire une idée par soi-même en levant les yeux aux ciel. Avant de quitter le port même pour une virée en bordure de côte, il y a de nombreuses astuces simples pour ne pas tomber dans le piège. De plus il est agréable et sécurisant de se laisser guider par la connaissance des phénomènes du vent, des nuages, des courants, de la houle et des précipitions. Et c'est simple à vérifier. 

 

L’énergie solaire est le moteur central du temps qu’il va faire. Grâce à une connaissance des météorologues depuis moins d’un siècle avec les satellites, ils peuvent fournir une description précise du temps. Quelques fois d’une précision absolument incroyable sur trois jours voir plus. Ces bulletins météo marine sont fournis par la VHF ou avec son portable avec des applications comme Météconsult ou Windy. Si on annonce un avis de coup de vent, rester au bar du port.  

Par bonheur, une bonne nouvelle... Grâce au protocole de Montréal qui est un vrai succès sur le plan mondial, la couche d'ozone est en voie de reconstitution globale à l'identique de celle de la création du monde. Hélas peu de communication sur le sujet pour le faire savoir dixit mon ami Marc Bazin de Météorem. 

Première astuce. A bord, sur la cloison, clouez un baromètre marine. Il vous guidera sur la pression atmosphérique à venir. Si la masse exerce une pression moyenne de 1013 millibars,  c'est l'annonce de conditions agréables de navigation. Si le baro descend vers les 990 milibars, encore une fois rester au port. Ca va souffler. 

 

Comme vous le savez, les cartes météo indiquent les basses pressions et hautes pressions. Les mêmes indications que le baro. Sur la carte, des isobares (alignements de points à une heure donnée et à la même pression atmosphérique) et le signalement des fronts se lisent selon les zones de hautes et basses pressions. Les masses d’air circulent selon la saison et l’endroit. Un anticyclone est une zone de hautes pressions. Dans l'hémisphère nord, La circulation de l’air s’effectue du centre et dans le sens de l’aiguille d’une montre. Le contraire pour les dépressions. Front chaud et froid front permettent de comprendre la formation des nuages. 

 

Du bateau, les nuages sont faciles à observer. Il suffit de lever les yeux au ciel pour voir ce qui va se passer. Ils apparaissent dans plusieurs situations soit au sommet de courants d’air froids réchauffés par le soleil, soit au dessus des reliefs comme les montagnes ou les îles. Ils se forment avec la température de l’air. 

Les cumulus et les cirrus. Pour sortir en mer sans danger, les cumulus sont un signe de beau temps et de vent. Mais, si tout en haut du ciel, les nuages appelés cirrus ont la forme de cheveux. Tempête à venir. Prévoir le ciré et les harnais ou rester au port.

 

Entre ces deux types de nuages, en haute altitude, on peut voir des cirro-cumulus en forme de longues traînées de nuages floconneux et pommelées. Changement de temps. Le dicton « Ciel pommelé, femme fardée ne sont pas de longue durée ».  

 

 

Puis, les cirro-stratus qui forment un voile transparent et blanchâtre pour avertir d’un front chaud difficile à voir avec la pollution. 

 

Puis les altocumulus qui sont des nuages blancs ou grisâtres des couches moyennes. Ils apparaissent dans un ciel clair à l’approche d’un front. Plus bas dans le ciel, envron 2 à 5 km d’altitude, les altostratus forment une épaisse nappe nuageuse gris bleu. Cette nappe est mince et on peut voir un halo de soleil. Idem ils signalent l’approche d’un front chaud. 

 

Maintenant, à basse altitude, les nimbo stratus ou les stratus constituent des nuages noirs. Pluie à venir ; Et les strato-cumulus sont des nuages proche du sol, sorte de nappe grise avec des contrastes importants. A venir la bruine et le brouillard. 

 

Et pour finir en beauté, les jolis nuages de beau temps : les Cumulus. Vous pouvez sortir du port sans crainte. Le vent sera agréable et doux. Pendant la journée, surveillez l'orientation du vent et les nuages pour connaitre par vous même la situation à venir. 

 

Alors bien sûr c’est un résumé. Il y a d’autres formes de nuages qui donnent des indications plus précises. A consulter dans les éditions de Voiles et Voiliers ou dans le livre de JY Bernot Météo et stratégie. 

En aparté, le vent peut varier en force et direction selon le type de nuages. Il faut comparer ce que l’on voit avec le baromètre du bord et le bulletin météo de la capitainerie ou les sites internet. Avoir plusieurs sources de consultation.

A noter que de nombreux vents locaux prennent forment selon la région : le mistral, la tramontane, le sirocco et des brises de mer. Ils peuvent dominer durant la saison comme en été. Principalement en méditerranée. Astuce : un signe qui donne une indication du temps à venir : l’arrivée de la houle .

Les orages de chaleur peuvent amener des vents violents et des éclairs mais ne durent en général pas longtemps. J’ai pris l’habitude de tout affaler et d’attendre la fin de son passage et de rester à l’intérieur ou à la barre avec mon harnais. Souvent la visibilité n'est pas bonne. Surveiller quand même les bateaux autour de vous. 

La force des vents est évaluée selon l’échelle de beaufort de 1 à 8. Pour calculer la force du vent, il suffit de multiplier la force du vent par 5 puis de retirer 5 au résultat. 

Dernière astuce. Pour plus de sécurité, prendre des avis auprès des autres sur le ponton, à la capitainerie ou des pêcheurs du coin qui sont bien avisés. 

 

  

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article